A quel moment le directeur de mémoire doit-il valider un mémoire ?

Google Reviews
A quel moment le directeur de mémoire doit-il valider un mémoire ?

Il s’agit d’une question organisationnelle et stratégique qui a toute son importance lors de la rédaction d’un mémoire ou d’une thèse. La principale clé de voûte du succès de votre projet, c’est la qualité de la communication avec votre nouveau directeur de mémoire, notamment la pré-validation avant le dépôt de votre document. 

Pourquoi ? Parce que ça vous permet de vous mettre d’accord en amont du dépôt de votre mémoire. Court-circuiter votre directeur de mémoire vous fait prendre un risque considérable, et ce, même si votre rédaction est bonne. Partez du principe que toute rédaction est discutable. Il existe toujours une marge critique pouvant émaner, en fonction du niveau de zèle ou du niveau d’exigence de votre directeur de mémoire.

Avant tout, ce qu’il faut savoir sur les validations

La meilleure manière de prévenir ce genre de risque est de confirmer la recevabilité du mémoire, en amont. Synthétiquement parlant, une pré-validation à la fin est absolument fondamentale. Nous la recommandons chez Expertmémoire systématiquement et nous guidons nos clients justement tout au long du processus pour disposer de cette validation. Au-delà de cela, vous allez également avoir des validations intermédiaires, c’est-à-dire une validation progressive, avant et pendant la rédaction. Il est exclu de commencer la rédaction d’un mémoire sans en avoir défini et validé les fondamentaux avec votre directeur, au risque de devoir réécrire votre manuscrit. 

Donc la première étape, qui est absolument fondamentale et systématique, est de valider le plan, ainsi que la problématique avant tout. Ce qui va sécuriser l’orientation à effectuer en fonction du niveau de disponibilité de votre directeur. C’est une déduction d’ordre personnel puisque vous allez pouvoir jauger vous-même, en fonction du profil de votre directeur de mémoire. 

A quel moment solliciter votre directeur mémoire

Les directeurs de mémoire sont des membres actifs de l’administration universitaire, aux responsabilités élevées. Leur disponibilité n’est donc pas forcément acquise. Elle peut même dans certains cas être problématique. Le moment où vous ferez valider votre mémoire va, par conséquent, dépendre du niveau de disponibilité, d’accessibilité de votre directeur de mémoire. Selon ces deux cas de figure, voici les différentes stratégies à adopter pour ne pas risquer la validation de votre document.

Votre directeur de mémoire est accessible et disponible

Si vous avez un directeur de mémoire plutôt disponible, impliqué, qui a un intérêt pour votre problématique et est accessible, avec lequel vous avez une bonne communication, répond rapidement, on va chercher à faire valider le plan, la problématique, mais aussi la méthodologie de la partie empirique, très importante, puis ultérieurement la partie théorique donc la revue de littérature une fois que vous aurez déjà substantiellement avancé dessus, ce qui permettra déjà d’avoir éventuellement son retour là dessus. Si observations ou remarques il y a, il suffit de remanier progressivement. Le but est d’obtenir une validation graduelle au gré des avancements de la rédaction, et donc des corrections progressives, plus pratiques. Par exemple, après avoir capitalisé sur la revue de littérature, avancez plus loin sur la partie empirique, puis ainsi de suite jusqu’à la totalité du mémoire. 

Ce sont des validations intermédiaires qui vous permettront si correction il y a, de revenir en arrière, de corriger avant de continuer plus loin. Il est toujours plus simple de remanier chaque partie plutôt que de le faire sur la totalité s’il y a lieu. 

Votre directeur de mémoire est peu disponible

Dans le cas où l’on vous a attribué un directeur de mémoire aux disponibilités limitées, vous serez tenu de limiter également les éléments à lui faire valider. Heureusement, malgré tout, il est possible d’assurer la recevabilité de votre rédaction. Comment ? Commencez par lui faire valider essentiellement le plan détaillé et la problématique de votre mémoire, puis vous solliciterez la validation du mémoire à la fin de la rédaction, pour disposer d’une pré-validation avant dépôt. 

Il faut savoir que le plan détaillé et la problématique sont les pierres angulaires d’un mémoire ou d’une thèse. Vous pouvez débuter votre rédaction et vos recherches sur la base de ces deux fondamentaux, puisque c’est sur eux que repose le contenu de votre document.

Voilà quelques conseils sur l’organisation et les stratégies à adopter pour optimiser les échanges avec votre directeur de mémoire, selon différents cas de figure liés à ses disponibilités. 

Bon courage et succès à votre mémoire !

besoin d’aide pour votre mémoire ? Contactez-nous!

expertmemoire
expertmemoire
0
rédacteur spécialisé
0 %
Plagiat
1 %
confidentiel
0
frais cachés
0 %
paiement sécurisé

Tel:

0970 440 565 (appel non surtaxé)
+ 33 970 440 565 (hors France métropolitaine)

Réseaux sociaux

Notre offre s'adresse à tous les pays francophones