Comment rater son mémoire en école de commerce ?

Google Reviews
Comment rater son mémoire en école de commerce ?

Dans cet article, on va voir comment on peut rater son mémoire en école de commerce. Alors bien évidemment, l’intérêt de poser cette question n’est pas de vous inviter à rater votre mémoire mais de mettre en évidence ce qu’il faut absolument éviter pour cela, et donc à contrario le réussir. Commençons par le commencement.

Partir sur un sujet non pertinent

Première erreur, c’est de partir sur un sujet qui n’est pas pertinent, un sujet qui n’est pas validé par le directeur de mémoire, ou encore un sujet qui a déjà été largement traité et pour lequel vous n’avez vraiment rien apporté de novateur. 

Si vous traitez une question, une problématique, déjà galvaudée et qui a déjà été traitée en large et en travers par d’autres mémoires, ou dont la réponse est évidente, où la question est tout simplement obsolète, ou bien une question, une problématique pour laquelle on n’a pas de documentation, quand laquelle il y a très peu d’informations et donc pour laquelle vous serez en porte-à-faux au moment notamment où vous rédigerez la revue de littérature. Donc déjà la première erreur c’est de partir sur le mauvais sujet, là vous êtes certain de rater votre mémoire. Donc réfléchissez bien au sujet, il faut qu’il aie un lien avec votre parcours, avec ce que vous voulez faire. Ca vous donnera une forme de légitimité pour que ce soit novateur, que vous apportiez quelque chose d’intéressant à la profession, à l’entreprise. 

il faut qu’on ait quand même accès à un certain nombre de documentation académique, en lien avec le sujet parce que n’oubliez pas que sur un niveau master 2 ou en école de commerce, on attend au moins une vingtaine de références académiques qui doivent être liées aux notions clés de votre problématique. Si vous voyez dès le départ qu’il n’y a quasiment aucune référence accessible, vous entrez en porte-à-faux déjà pour avoir ce nombre de références, et puis tout simplement pour rédiger la revue de littérature. Vérifiez bien cela puis assurez-vous que la problématique soit validée par votre directeur de mémoire. 

Faire du plagiat

Deuxième erreur type qui peut sembler assez évidente et intuitive c’est tout simplement de faire un plagiat. Il s’agit de reprendre des travaux qui ont déjà été rédigés par d’autres mémoires ou de copier-coller ce qui existe depuis internet, ou bien encore d’emprunter des idées que vous ne citez pas. Donc là vous êtes certain à 100% de vous faire attraper parce que les logiciels anti plagiat notamment Urkund, qui est beaucoup utilisé en France par les écoles de commerce enregistre les travaux antérieurs donc les mémoires qui ont été déposés, et fait un rapprochement qui est extrêmement précis, non seulement avec internet en général mais également tous les travaux qui ont été précédemment soumis au niveau du logiciel. La plupart des écoles de commerce l’utilise. Donc si vous copiez-collez par exemple le paragraphe d’un mémoire qui a été déposé il y a dix ans au niveau de votre école et qui a été scanné auprès d’Urkund, il est certain que le rapprochement sera fait. Donc là, si vous voulez être certain de rater votre mémoire, vous faites un plagiat, vous prenez un mémoire existant, vous copiez collez d’internet, vous êtes sûr de vous faire attraper. Donc attention au plagiat. Comment l’éviter ? Assurez-vous que le travail soit unique au niveau rédactionnel tout simplement.

Nous avons réalisé de nombreux articles et vidéos sur le sujet, que nous vous invitons à regarder.

Utiliser des références non académiques

Troisième erreur assez importante, moins que les précédentes mais rédhibitoire tout de même, une erreur fondamentale et qu’il faut absolument éviter, il s’agit de l’utilisation de références non académiques. Si vous rédigez par exemple votre revue de littérature en vous basant sur des sources qui ne sont pas scientifiques ni académiques, par exemple wikipédia, des blogs, des sites internet inconnus au bataillon, vous avez le sentiment de citer des sources mais vous citez des sources qui nous pénalisent parce que celles-ci n’ont aucune crédibilité scientifique ou académique. Elles vont en réalité vous pénaliser plus qu’autre chose. Puisqu’ il n’y a aucune crédibilité à apporter à des sites qui n’ont aucune reconnaissance, ni légitimité dans le domaine scientifique et académique, il faut vraiment travailler sur des sources académiques. Il est bon de le rappeler, ce sont en fait les articles scientifiques, ouvrages, articles de recherche etc. Vous pouvez utiliser des sources qui figurent dans EBSCO qui est très apprécié par les écoles de commerce. Il s’agit d’une bibliothèque universitaire qui recense de très nombreuses références académiques de premier choix en mémoires d’école de commerce. Donc surtout évitez les sites internet qui n’ont aucune valeur si effectivement ce nombre de sources non académiques tend a représenté une part importante de votre mémoire , vous êtes certain à 100% que votre mémoire va être être rejetée et vous savez vous retour faire enfin vous allez devoir passer à la session suivante on reprend le prévoir dans le meilleur des cas. Donc on fait très attention à utiliser des références académiques scientifiques et comme indiqué tout à l’heure au moins une vingtaine, sur un niveau école de commerce, c’est le niveau de diversification des sources qui est communément accepté. On estime qu’à partir de 20 références c’est bon vous avez “fait le job”, approfondi suffisamment les recherches. Et on a un niveau de diversification qui est acceptable au niveau des sources.

Ne pas respecter l’échéance

Autre erreur type pour rater son mémoire, c’est tout simplement de ne pas respecter l’échéance. C’est vraiment la raison pour laquelle il faut s’y prendre le plus tôt possible, éviter la procrastination, faire des plannings avec des objectifs intermédiaires en termes d’avancement, suivre votre avancement, et essayer de finir bien en avance par rapport à la date limite de dépôt. Si vous déposez en retard, en fonction de la relation que vous avez avec l’école, du niveau d’exigence, soit, dans le meilleur des cas vous avez des points de retard, soit dans le pire des cas, vous repassez l’année prochaine en repayant des frais de réinscriptions etc. Là, vous ratez forcément votre mémoire en école de commerce. Donc on s’assure de finir bien en avance et bien évidemment de faire valider votre document par votre directeur de mémoire avant de le déposer. Tout simplement parce que ça va matérialiser la recevabilité de votre mémoire et vous allez déposer sereinement et de manière sécurisée, puisque vous vous serez mis d’accord en amont du dépôt avec votre directeur de mémoire. Bien évidemment quand c’est possible. C’est -à -dire quand vous êtes suivi, quand il vous fait des retours et quand vous avez la possibilité d’avoir ce suivi. Il faut savoir que certains étudiants n’ont pas ce suivi, ils doivent donc déposer leur mémoire puis être jugés à postériori. Heureusement la plupart du temps vous bénéficiez de ce suivi, donc profitez-en, ne vous en privez pas parce que si vous déposez tel quel, vous court-circuitez votre tuteur, vous vous privez de cette chance d’avoir une pré validation et un retour avant même de déposer. 

De ce fait, vous pouvez vous assurer qu’il y  aura une conformité entre le mémoire que vous avez déposé et les attentes qui sont souvent plus ou moins subjectives de votre directeur de mémoire.

Oublier la partie “préconisations” 

Dernière erreur type qui garantira un rejet du mémoire de votre école de commerce, c’est d’oublier la partie préconisations, ie la partie de recommandations managériales. Un mémoire d’école de commerce typiquement se structure de la manière suivante : vous avez une revue de littérature, une partie empirique qui passe par des questionnaires ou des entretiens par exemple, et in fine des préconisations managériales qui l’on peut dire, est le cœur de la valeur ajoutée de votre mémoire. La partie empirique est votre valeur ajoutée, mais de celle-ci découlent ou sont censées découler des recommandations managériales. C’est tout le but de votre mémoire. Celui d’apporter de la valeur et non pas vous contenter de faire une description du terrain, de l’existant, mais véritablement d’apporter quelque chose de nouveau, qui servira à l’entreprise, aux entreprises, aux marchés ou à la niche mais qui in fine, permettra de faire avancer les choses de manière constructive. C’est tout le sens de vos préconisations. Celles-ci doivent être suffisamment importantes, en général quelques pages, être pertinentes, censées, et apporter une vraie valeur, une véritable valeur managériale à l’entreprise ou aux entreprises concernées. 

Nous espérons que cet article vous évitera de reproduire ces erreurs qui sont rédhibitoires et à faire le nécessaire tout simplement pour que votre mémoire ait toutes les chances d’être validée dans les meilleures conditions.

Bon courage pour la rédaction de votre mémoire en école de commerce.

besoin d’aide pour votre mémoire ? Contactez-nous!

expertmemoire
expertmemoire
0
rédacteur spécialisé
0 %
Plagiat
1 %
confidentiel
0
frais cachés
0 %
paiement sécurisé

Tel:

0970 440 565 (appel non surtaxé)
+ 33 970 440 565 (hors France métropolitaine)

Réseaux sociaux

Notre offre s'adresse à tous les pays francophones