Quel est l’impact de mauvaises sources sur votre mémoire ?

Google Reviews
Quel est l'impact de mauvaises sources sur votre mémoire

Dans cet article, nous allons répondre à une question intéressante pour votre mémoire. Celle qui consiste à savoir quel est l’impact de l’utilisation d’une mauvaise source sur votre mémoire. Les sources que vous allez choisir pour rédiger votre mémoire est un des aspects les plus importants de la qualité de celui-ci. C’est un des aspects les plus importants dans la note que vous obtiendrez, pour la validation de votre mémoire, et qui va également déterminer de très nombreuses choses par la suite. C’est en général la première étape qui va déjà vous permettre de définir la faisabilité de votre mémoire à travers le sujet que vous allez choisir. 

Choisir de bonnes sources pour votre mémoire 

Les sources c’est ce qui va vous permettre de savoir effectivement les hypothèses que vous allez poser. C’est la consultation de ressources et c’est la raison pour laquelle au-delà de l’aspect quantitatif des sources, au-delà de leur nombre, c’est surtout leur qualité qui va être déterminante. En fonction du niveau d’étude dans lequel vous réalisez votre mémoire, vous allez avoir un certain nombre de sources minimum qui vont être utiles. Ça peut aller de 15 sources pour un mémoire de Bachelor de licence, à 20 ou 30 sources pour un niveau de Master 2

Toutes les sources doivent être académiques. Des sources qui ne le sont pas, c’est-à-dire de mauvaises sources, qui sont constituées de blogs, de sites internet inconnus, de documents qui n’ont pas de valeur scientifique, qui n’ont pas été prouvés ni vérifiés par des pairs, par des scientifiques, par des chercheurs dans le domaine de compétence concerné n’ont absolument aucune valeur. Si vous n’aviez rien fait, rien rédigé, ça aurait été mieux que de rédiger sur la base d’une mauvaise source puisque vous produisez un contenu qui peut être complètement remis en question et qui constitue une perte de temps pour le lecteur. Ce qui vous pénalisera certainement.

Si vous rédigez le meilleur contenu qui soit avec la meilleure plume qui soit sur de mauvaises sources, ça se retourne contre vous. Ce sont des passages qui vont être pénalisants au niveau de  votre mémoire. Le risque de rejet de votre mémoire c’est-à-dire de ne pas avoir la moyenne est très élevé si vous avez au niveau de votre partie théorique, de votre revue de littérature, des sources qui ne sont pas académiques. 

Qu’est-ce qu’on entend par source académique ? 

Ce sont des ouvrages, des livres récents de qualité rédigés par des auteurs qui sont reconnus, les articles de recherche qu’on trouve sur Google scholar, PubMed, différentes bibliothèques universitaires en ligne qui sont accessibles et qui référencent des sources scientifiques, des articles scientifiques, des articles de recherche, des revues etc. qui sont considérés comme étant crédibles, rédigés par des chercheurs et qui se basent sur des méthodes vérifiée. Des sites internet d’autorité sont également acceptables si vous  publiez des sources qui sont issues de sites nationaux, de sites reconnus comme étant fiables. Des sites fiables, ce sont notamment des sites qui ne sont pas constitués de blog, de wikipédia et autres qui sont absolument proscrits en matière de rédaction académique. Donc faites très attention aux sources que vous utilisez. Si vous avez le moindre doute il est préférable que vous fassiez valider vos sources par votre directeur de mémoire plutôt que de prendre le risque de rédiger sur une qui ne soit pas acceptée. Donc c’est très important de partir sur de bonnes sources.

Si vous avez l’essentiel de bonnes sources, ça va aller. Si vous avez quelques sources qui ne sont pas académiques vous prenez un risque. Si maintenant l’essentiel des sources ne sont pas académiques, pas scientifiques, vous êtes quasiment certain de voir votre mémoire refusé ou de ne pas avoir la moyenne. 

3 points importants à se rappeler sur les sources

Premièrement, au niveau de l’aspect qualitatif des sources, veillez à ce que ces dernières soient liées à votre domaine de compétence. Si par exemple pour rédiger un mémoire en psychologie clinique, vous utilisez des sources de management, cela ne va certainement pas passer, puisqu’on va considérer qu’il n’y a pas de pertinence, que les sources utilisées ne sont pas liées au domaine de compétence. Bien qu’étant d’une gravité moindre à l’utilisation de sources non académiques, non scientifiques, ça sera également un élément qui en fonction de la tolérance, de la flexibilité de votre jury, peut justifier un refus, un rejet du mémoire. Maintenant, ce n’est pas aussi grave que l’utilisation des sources non académiques. Mais en fonction de votre directeur de mémoire ça peut ne pas être apprécié, voire vous pénaliser. 

Deuxièmement, des sources qui sont mauvaises vont vous faire poser de mauvaises hypothèses, non pertinentes. Les sources c’est un petit peu comme de manière analogique, la qualité des ingrédients que vous utilisez pour cuisiner. Vous ne pouvez pas faire un bon plat en l’absence de bons ingrédients. De même, en matière de rédaction académique, vous ne pouvez pas produire des rédactions intellectuellement,  académiquement, scientifiquement acceptables si en amont vous n’utilisez pas des sources de qualité. C’est exactement la même chose. Il faut toujours avoir des sources de qualité pour produire un output, un contenu de qualité. 

Enfin, vous avez votre partie empirique qui est également liée aux sources que vous allez utiliser. Pourquoi ? Parce que cette partie va vous permettre de confirmer ou  d’infirmer vos hypothèses de départ. Et vos hypothèses de départ sont elles-mêmes posées grâce à la littérature que vous allez poser et dont vous avez pris connaissance. Si vous partez dans une mauvaise direction en utilisant de mauvaises sources, vous aurez des hypothèses qui peuvent ne pas être pertinentes. Vous allez par conséquent avoir une partie empirique qui sera elle-même non pertinente. 

Comme vous le voyez, vous fragilisez les fondamentaux même de votre mémoire en utilisant de mauvaises sources. Non seulement, au niveau d’une lecture diagonale déjà, on verra au niveau de votre partie théorique que vous utilisez des sources qui ne sont absolument pas crédibles mais ça remet également en question toutes les autres parties de votre mémoire. 

Choisir les bonnes sources c’est vraiment fondamental. Il faut qu’elle soit qualitative, et suffisamment quantitative. C’est-à-dire que vous avez un niveau de diversification acceptable en ayant 15, 20 ou 30 sources. 30 sources académiques sur une revue de littérature sera considéré comme un niveau de diversification acceptable. 

A contrario, un nombre insuffisant de sources sera problématique puisqu’on va considérer que vous n’avez pas exploré suffisamment les différentes écoles, la littérature existante, que vous êtes passé à côté de certains concepts, de certaines approches perspectives qui auraient été intéressantes pour la rédaction de votre mémoire. Donc cette exploration au niveau de la littérature passe par un certain nombre de sources. Le nombre de 15, 20 ou 30 références est recommandé en fonction du niveau d’étude, et de ce que vous impose votre cahier des charges au niveau de votre école. 

Découvrez également 14 endroits pour trouver d’excellentes sources pour votre mémoire.

Nous espérons que cet article vous apportera des éclairages intéressants sur l’importance des sources, qu’il vous sensibilisera sur cet aspect là. Nous vous souhaitons un bon courage pour la rédaction de votre mémoire !

besoin d’aide pour votre mémoire ? Contactez-nous!

expertmemoire
expertmemoire
0
rédacteur spécialisé
0 %
Plagiat
1 %
confidentiel
0
frais cachés
0 %
paiement sécurisé

Tel:

0970 440 565 (appel non surtaxé)
+ 33 970 440 565 (hors France métropolitaine)

Réseaux sociaux

Notre offre s'adresse à tous les pays francophones